Oksébô

Pour stimuler la rencontre et l’échange entre ces métiers, qui souvent ne se côtoient pas, l’association Oksébô leur a demandé de faire se rencontrer leurs œuvres par « duos » de pratiques différentes. Duos d’une même tonalité, duos complémentaires, duos surprenants : le contact ou le contraste des matières, le jeu deux par deux sur les quatre éléments, les correspondances inattendues, mettent mieux encore en valeur le travail de chacun.

 

« Des duos donc…comme une invitation à la danse, un pas de deux…et les œuvres présentées invitent à une chorégraphie de regards, et, dans cette danse, les catégories convenues s’effacent…
Car tel est notre projet, proposer un champ d’interactions par lequel les pratiques artistiques s’évadent du champ clôt dans lequel les lieux communs les confinent pour entrer dans le lieu d’un engendrement perpétuel de leurs relations… Comme le dit Barthes : “accomplir le pluriel même des œuvres…“, un passage, une traversée, et, dans cette traversée le petit et le grand deviennent également sculpture, dans cette traversée l’or précieux et l’humble ficelle sont en épousailles, dans cette traversée l’ombre opaque et la transparence irisée se reflètent.
Et cela est notre souhait, que les visiteurs perçoivent l’exposition non plus comme une succession d’œuvres indépendantes mais ressentent la question que toutes posent : qu’est-ce qu’émouvoir sinon faire se mouvoir les frontières de la raison pour qu’y surgissent les mille visages de la poésie. »

Hervé Duetthe, 2010